Brain Solutions
The Developmental Re-education Centre

INTRODUCTION
Accueil
  Bienvenue
Présentation

NOTRE METHODE
DE TRAVAIL
  Notre philosophie
Notre façon de travailler
La base théorique de notre thérapie
A qui s'adresse cette thérapie ?

CONTACTS
Comment nous joindre
Questionnaires

DIVERS
Actualité
Rapport d'Afrique du Sud
Liens
Photos
A Sherborne, le 22 Août 2004
Eric Downey fit la moitié d'un triathlon Ironman (1,9 km de natation, 90 km à vélo et 22 km à la course) à Sherborne le 22 Août pour l'association Brain Solutions en Afrique du Sud.
Le travail de Brain Solutions en Afrique du Sud

LES PROJETS EN AFRIQUE DU SUD

Depuis 1987, nous travaillons dans des communautés urbaines et péri-urbaines d'Afrique du Sud à apprendre aux volontaires et aux parents comment aider leur enfant handicapé à développer son capital complet. Les résultats sont étonnants.

Nous avons vu des enfants à l'origine immobile, apprendre à marcher ; nous avons vu des enfants avec d'importantes difficultés d'acuité visuelle améliorer leur vue et des enfants qui ne parlaient pas apprendre à parler. Point question de miracles, mais un travail ardu de la part des enfants, et un travail acharné, dévoué et systématique des volontaires et des parents.

Pourquoi faut-il former des volontaires

  1. On peut aider beaucoup d'enfants car un volontaire peut en aider plus d'un.
  2. Les volontaires peuvent former eux-mêmes d'autres volontaires ; ainsi encore plus d'enfants peuvent être aidés.
  3. Dans de nombreuses communautés d'Afrique du Sud, les chances de trouver un travail sont rares. En apprenant de nouvelles techniques, les volontaires ont plus de chances de trouver un emploi.
  4. Beaucoup de personnes partiellement handicapées et de personnes âgées peuvent devenir d'excellents volontaires auprès d'enfants handicapés. Cela a non seulement permis d'aider les enfants handicapés, mais aussi de donner aux bénévoles un salaire et une bonne estime d'eux-mêmes.


Maintenant, nous travaillons avec 8 organisations
et 17 différents centres à KwaZulu-Natal,
à l'Ouest du Cap et à Johannesburg.

Voici l'histoire de quelques enfants:

Nonhlanhla, victime de polio, a commencé à Esinqobile à la fin des années 1980. Elle a son bac, obtenu à l'école de Open Air à Durban.

Ntombifikele est arrivée à Esinqobile âgée de 3 ans et demi, incapable de se tenir debout, de marcher ou de parler. Au bout de un an, elle pouvait se tenir debout, marcher, courir, sauter, parler couramment et chanter. Elle a terminé sa scolarité et elle et Nonhanhla travaillent à Esinqobile.

Siyabonga était aveugle, épileptique et totalement immobile lors des 10 premiers mois qu'il a passés à Esinqobile. Maintenant il peut compter des vaches dans un champ à 60 mètres de distance, n'a pas eu une seule crise d'épilepsie depuis 5 ans et il peut maintenant marcher et danser. Il peut contribuer au travail de sa famille.

Nous avons reçu le soutien de l'Archevêque Desmond Tutu.

Si vous souhaitez aider notre travail en Afrique du Sud,
vous pouvez nous contacter à

Tutu
English Version